Lorem ipsum dolor sit amet, consetetur sadipscing elit.

This is some text inside of a div block.

Lorem ipsum dolor sit amet, consetetur sadipscing elit.

This is some text inside of a div block.

Emergency Case

If you need a doctor urgently outside of medicenter opening hours.
Button Text

Chirurgies de l'obésité

LA SLEEVE GASTRECTOMY

Son principe
L'intervention consiste à retirer une partie de l'estomac (environ les 2/3) pour le réduire à un tube étroit sur toute sa longueur. Elle n'est pas réversible puisqu'une partie de l'estomac a été retirée. L'opération, comme pour le bypass, est réalisée par coelioscopie, au cours d'une hospitalisation de courte durée (en moyenne 48h).  

Son mode d'action
Elle associe d'une part un effet restrictif lié à la diminution du volume de l'estomac, mais aussi des mécanismes hormonaux (par un effet sur la sécrétion de Grhéline).

Dans quels cas est-elle indiquée?
Comme pour toutes les interventions de chirurgie bariatrique, la sleeve gastrectomy s'adresse aux personnes ayant une obésité morbide avec un IMC (indice de masse corporelle) supérieur à 40, ou supérieur à 35 lorsqu'il existe des comorbidités, c'est à dire des problèmes de santé liés à l'obésité (diabète, hypertension artérielle, arthrose, apnées du sommeil,...).

Les complications sont très rares, mais peuvent être sérieuses.
A court terme, juste après l'intervention, la principale complication est une "fistule", c'est à dire un défaut de cicatrisation de la ligne de fermeture de l'estomac entraînant une fuite de liquide digestif. Celle-ci est très rare, mais difficile à traiter, pouvant nécessiter des réinterventions et des soins prolongés. A plus long terme, d'autres ennuis peuvent survenir, comme une "sténose", c'est à dire un rétrécissement de l'estomac, entraînant des vomissements et des difficultés d'alimentation , ou encore des problèmes de reflux gastro-oesophagien. Il y a en revanche peu de risques de carences de vitamines (moins qu'avec le bypass). Comme pour toute intervention, l'important est de mettre en balance le risque de complications ou d'effets secondaires avec les avantages à attendre de l'opération.

Les résultats
En général très bons, avec en moyenne une perte de 60 à 65% de l'excès de poids. La perte de poids est souvent rapide les premiers mois, puis se ralentit progressivement pour atteindre une stabilisation au bout d'environ 1 an. Une reprise de poids est possible après quelques années, c'est une des raisons pour lesquelles un suivi régulier et prolongé à long terme est indispensable auprès de l'équipe bariatrique (chirurgien, nutritionniste, endocrinologue, psychologue,...).

LE BYPASS GASTRO-JEJUNAL

Son principe
Il consiste à diviser l'estomac en deux parties, l'une d'entre elles (celle par laquelle passent les aliments) étant reliée à lintestin grêle, court-circuitant la partie initiale de celui-ci. Cette intervention est, au moins théoriquement, réversible puisqu'aucun organe n'a fait l'objet d'une ablation (même si en pratique une telle réversion est extrêmement exceptionnelle). L'opération, comme pour la sleeve gastrectomy, est réalisée par coelioscopie, au cours d'une hospitalisation de courte durée (en moyenne 48h). Il existe deux variantes du bypass gastro-jéjunal, le bypass en Y et le bypass en oméga, ce dernier n'étant actuellement pas pris en charge par l'assurance maladie en France.  

Son mode d'action
associe d'une part un effet restrictif, lié à la diminution du volume utile de l'estomac, d'autre part une diminution de l'abosrption par l'intestin grêle de certains nutriments, et enfin des mécanismes hormonaux complexes faisant intervenir les hormones de la satiété (grhéline, PYY, GLP1).

Dans quels cas est-il indiqué?  
Comme pour toutes les interventions de chirurgie bariatrique, le bypass gastro-jéjunal s'adresse aux personnes ayant une obésité morbide avec un IMC (indice de masse corporelle) supérieur à 40, ou supérieur à 35 lorsqu'il existe des comorbidités, c'est à dire des problèmes de santé liés à l'obésité (diabète, hypertension artérielle, arthrose, apnées du sommeil,...). Le bypass gastro-jéjunal est particulièrement recommandé dans le traitement du diabète chez l'obèse, où son efficacité est spectaculaire. Il est également recommmandé dans certaines situations où la sleeve gastrectomy est contre-indiquée, comme en cas de reflux gastro-oesophagien sévère. C'est enfin une excellent opération de deuxième intention en cas d'échec d'un anneau ajustable périgastrique ou d'une sleeve gastrectomy.  

Les complications sont très rares, mais peuvent être sérieuses.
A court terme, juste après l'intervention, la principale complication (mais très exceptionnelle) est une "fistule", c'est à dire un défaut de cicatrisation de la ligne de fermeture de l'estomac ou de l'anastomose ("raccord" entre l'estomac et l'intestin grêle), entraînant une fuite de liquide digestif.  A plus long terme, d'autres ennuis peuvent survenir, comme une "sténose", c'est à dire un rétrécissement de l'estomac, entraînant des vomissements et des difficultés d'alimentation , une occlusion intestinale, un ulcère au niveau de l'anastomose.... Mais il est surtout particulièrement important d'avoir un suivi médical spécialisé et de prendre des compléments de vitamines, de façon définitive, pour éviter les risques de carences. Comme pour toute intervention, l'important est de mettre en balance le risque de complications ou d'effets secondaires avec les avantages à attendre de l'opération.

Les résultats
Le plus souvent excellents, avec en moyenne une perte de 70 à 80% de l'excès de poids. La perte de poids est souvent rapide les premiers mois, puis se ralentit progressivement pour atteindre une stabilisation au bout d'environ 1 an. Une reprise de poids est possible après quelques années, c'est une des raisons pour lesquelles un suivi régulier et prolongé à long terme est indispensable auprès de l'équipe bariatrique (chirurgien, nutritionniste, endocrinologue, psychologue,...). Le bypass améliore de plus de façon très importante les maladies associées à l'obésité, en particulier le diabète (permettant dans la majorité des cas l'arrêt de traitements médicamenteux), mais aussi l'hypertension artérielle, les apnées du sommeil, etc...